Résumé bref de 3 mois en Afrique du Sud

Hello ! Je vous retrouve aujourd’hui assez brièvement pour vous partager une vidéo que j’ai publiée la semaine passée quant à mon stage en Afrique du Sud lors de ma dernière année de licence en 2015. Je ne partage presque jamais mon activité youtubesque sur mon blog mais dans ce cas précis c’est plus simple et plus rapide pour vous. Je vais tout de même faire un petit résumé écrit ci-dessous pour ceux qui préfèrent lire qu’écouter ! 🙂 ce n’est bien sûr pas un copier-coller texto même si j’y explique à peu près les mêmes choses.

Dans le cadre de mes études de langues étrangères appliquées, le semestre 6 devait être obligatoirement passé à l’étranger. Notez que c’était propre seulement à l’université où j’étais, ce qui n’est pas forcément un bon point pour tout le monde puisque certaines personnes étant pile à la limite pour ne pas avoir droit aux bourses n’avaient pas les moyens de partir et qu’il est impossible de valider sa licence autrement. Parenthèse à part, nous avions le choix entre Erasmus et un stage. J’ai préféré le stage tout d’abord parce que je n’ai jamais accroché au système fac et ne supportais plus de faire des études et puis je n’ai jamais été fêtarde non plus, ensuite parce que c’était à mes yeux mieux vu sur un CV et faisait gagner de l’expérience professionnelle en plus de la pratique de la langue et enlevait également le stress des examens. Je savais dans tous les cas que je voulais un pays anglophone et non pas hispanophone car je suis plus douée dans cette langue et plus attirée par ce monde. J’ai pensé à l’Afrique du Sud car j’avais toujours rêvé d’y voyager et que le coût de la vie là bas est bien inférieur à nos voisins du Royaume-Uni. La distance me faisait peur tout comme avec l’Australie qui m’a toujours attirée aussi, mais quand j’ai vu qu’il n’y avait pas de décalage horaire avec la France, me permettant de rester en contact facilement avec ma maman de qui je suis très proche, mon choix était fait ; après tout, grâce aux aides financières que je n’aurais pas eues dans un cadre personnel plutôt que scolaire, c’était une occasion en or que je ne pourrais pas renouveler, il fallait donc être courageuse au lieu de regretter. J’ai fait un article plus précis quant à mes démarches par ici

Je suis passée par une agence de placement de stagiaires à Cape Town qui a eu certes un coût mais qui m’a grandement facilité les choses sur plusieurs points. J’ai expliqué que je cherchais quelque chose soit lié au tourisme soit en contact avec les animaux que j’aime énormément. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque la fondation Cheetah Outreach a accepté ma venue ! Ensuite vinrent les galères administratives que je ne développerai pas ici puisque j’en ai déjà fait un article juste là auquel je vous renvoie si ça vous intéresse.

Sans titre 3Je passe donc maintenant directement au parc animalier. Il s’agit d’une fondation qui a pour but de protéger le guépard afin de faire prendre conscience aux gens du danger dans lequel il se trouve aujourd’hui en leur donnant des faits et leur expliquant les raisons à ça ainsi que partager les actions qu’elle met en place pour empêcher le plus possible l’extinction de l’espèce, et incitant ainsi les visiteurs à faire parler de Cheetah Outreach et du guépard voire faire des dons pour les aider. D’autres animaux sont également présents : servals, otocyons et caracals, ainsi que suricates et tortues léopard. Les trois premiers sont également dans une situation critique de même qu’ils sont en partie responsables celle du guépard. C’est un peu comme pour le loup chez nous : beaucoup de fermiers tuent un guépard dès qu’ils en voient un car pensent que ce sont eux qui tuent leurs troupeaux alors qu’il est plus fréquent que ce soit un caracal qui ait blessé un de leurs animaux. Il y a également des chiens de race berger anatolien au sein du parc en tant qu’ambassadeurs car Cheetah Outreach élève ces chiens dans un autre lieu afin de les dresser à défendre un troupeau face aux prédateurs ; dans ce cadre, le chien grandira très jeune avec le troupeau puis un contrat est signé avec le fermier qui doit s’engager à ne plus tuer de prédateur : ni caracal, ni serval, ni guépard… Ces bergers anatoliens sont de taille imposante ce qui fait que la plupart du temps ces prédateurs n’approcheront pas en les voyant ; par ailleurs ils ont un caractère fort et sont si fidèles qu’ils pourraient mourir afin de les protéger (c’est déjà arrivé). Je préciserai davantage à propos de ce programme et tous ces animaux dans un autre article ou / et vidéo car il y en a beaucoup à dire. Aucun des animaux du parc ne sera relâché dans la nature, ce sont des ambassadeurs où certains restent et d’autres partent dans d’autres parcs de ce genre ou zoos d’Australie ou USA. C’est vraiment le point qui me dérange.

En ce qui me concerne, je n’ai hélas quasiment rien vu du pays puisque je travaillais 5 jours sur 7 et n’étais jamais en congé en même temps que les volontaires avec qui je m’entendais bien et qu’il est fortement déconseillé de faire quelque chose toute seule dans ce pays même si je ne me suis jamais sentie en insécurité. Le meilleur moyen de se déplacer là bas est de louer une voiture et je n’ai pas mon permis(difficulté supplémentaire : conduite à gauche). Et comme je n’étais pas autorisée à rester plus de trois mois sur le territoire, je n’ai pas pu non plus pu profiter de voyager une fois mon stage achevé. C’est donc très frustrant et j’espère vraiment y retourner un jour pour vraiment en prendre plein la vue cette fois-ci car Cape Town et ses alentours sont magnifiques ! Certaines activités sont sympas à faire. D’ailleurs si vous ne le saviez pas déjà, énormément de films et publicités sont tournées là bas ! En ce qui concerne la mentalité des gens, j’ai tendance à penser qu’il faut faire attention à ce qu’on dit selon les personnes que vous rencontrez : la situation a beau s’être nettement améliorée, l’apartheid n’est pas autant terminé qu’on le croit et c’est encore récent donc ça peut se ressentir de manière subtile. J’ai par ailleurs été amusée de voir que beaucoup conduisaient pieds nus même à vélo et que les barbecues ne sont pas qu’occasionnels comme chez nous. J’ignorais totalement que l’afrikaans était la langue la plus parlée avant de débarquer j’ai donc été un peu déstabilisée au début. Ils sont aussi très croyants, à majorité protestante. Retenez aussi que parce qu’à l’autre bout du globe par rapport à nous, les saisons sont inversées : Noël est en plein été là bas ! Je conclurai sur ce que je retiens le plus de cette expérience : de très fortes amitiés malgré de grandes distances géographiques et qui me manquent énormément._DSC1069.JPG

Publicités

Une réflexion au sujet de « Résumé bref de 3 mois en Afrique du Sud »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s