Permis de conduire, mon enfer

indexLe permis de conduire, ce fameux examen par lequel presque tout le monde passe un jour. Pour la plupart, plus ou moins en même temps que le bac, l’année de ses 18 ans. Et pour moi ? C’est la pire galère qui soit. Encore plus ma bête noire que les maths, c’est peu dire ! J’ai commencé le code à mes 16 ans et demi afin de faire la conduite accompagnée. Et puis j’ai eu un amoureux qui obnubilait toutes mes pensées, je suis entrée en terminale avec le bac au bout qui me stressait énormément (lycée privé catho + pression familiale = mauvais mélange), et puis j’ai déménagé (certes à seulement 15min de distance mais ça compliquait quand même un peu les choses pour y aller). Donc j’ai laissé tomber… en passant par des engueulades avec mes parents qui avaient payé et en évitant de répondre aux appels de l’auto école. Aujourd’hui je regrette car si j’avais persisté ça ferait longtemps que je l’ai et j’aurais même été parmi les premières de mon entourage au lieu d’être la dernière.

Je me suis de nouveau inscrite mais dans une autre auto école, dans ma ville, lors de ma 3eme année de LEA, dans l’intention et l’espoir d’aller vite. Ratage total ! J’ai eu mon code du 1er coup en septembre 2014, par contre la conduite ce fut une toute autre histoire… mon moniteur me terrorisait. A tel point que je stressais toute la semaine à l’idée de la prochaine leçon, que j’avais très mal au ventre et ne pensais qu’à ça même pendant les cours et pauses à la fac. C’était invivable. Avec mes partiels et exposés et devoirs au mois de décembre j’ai dit pause et puis je devais partir en Afrique du Sud en janvier donc avec le patron de l’auto école on s’est dit qu’il valait mieux reprendre calmement à mon retour. Finalement je ne suis partie qu’en mars (problèmes administratifs) mais je n’ai pas conduit pour autant avant de partir, j’étais trop angoissée.

Alors j’ai repris en juin 2015 avec un autre moniteur. Plus zen que l’autre certes mais j’ai un tel niveau de stress élevé que j’ai réussi à l’énerver aussi par moments… ce qui me faisait stresser encore plus. Cercle vicieux. Il me disait que je n’appliquais pas ce qu’il me demandait : se détendre. Déjà que dans la vie de tous les jours c’est très difficile, en voiture je n’en parle même pas. Je suis tellement tendue que je suis toute raide donc je respire mal, j’ai les mains crispées sur le volant jusqu’à en voir mes os, je n’ai pas de mouvements souples ce qui pose problème surtout en ce qui concerne la boîte de vitesse, je veux trop me précipiter, ou alors je vais trop lentement par crainte, et résultat je transpire énormément, je suis exténuée et je me chope des mal de dos atroces et aussi au niveau des bras vu que j’ai demandé trop d’effort à mes muscles en 1 ou 2heures. Donc ouai, l’horreur. Et le stress aussi intense ça pénalise car en ayant trop peur de ne pas faire bien c’est comme ça que je fais mal. J’ai peur de blesser les autres et j’ai peur pour moi aussi. Et j’ajoutais également à ça la pression du : mes frères veulent le passer aussi, mes parents ont pas de sous, ils peuvent pas payer pour nous tous en même temps, je les bloque, je ne trouverai pas de boulot sans…

Sincèrement, je pense que même si à 16 ans j’étais déjà un peu comme ça, ce n’était pas à ce point là. Probablement parce qu’à l’époque ça n’allait pas aussi mal au sein de ma famille. J’ai interrompu un moment pendant l’été car j’avais besoin de pause et que ça commençait à devenir difficile à payer. J’ai repris une leçon en septembre, avec un autre moniteur et accompagnée de ma mère pour savoir s’ils pouvaient enfin me lâcher (j’avais fait les 20h) en conduite supervisée puisque je suis persuadée que je serais bien plus à l’aise avec elle et aussi parce que c’est moins coûteux que d’accumuler les leçons encore et encore dans l’option permis normal. Mais ils ont dit non, qu’ils diraient ok quand je serais plus sûre de moi. Encore une fois, cercle vicieux : on lance pas le feu vert tant que je me calme pas mais il n’y a qu’en me lâchant que je déstresserai… voyez l’idée ? Je sais d’ailleurs que pour plusieurs des personnes que je connais qui ont fait la conduite accompagnée ne se sentaient pas spécialement prêts et que c’est en conduisant avec leurs parents qu’ils ont vraiment commencé à progresser et se sentir plus à l’aise que dans le cadre auto école. Le moniteur disait même que c’est limite si j’avais pas encore besoin de 20h… Alors depuis, plus rien, parce que plus l’argent, et ça fait donc plus d’un an que je n’ai pas conduit… je suis découragée, et en même temps je n’ai pas envie que mon code arrive à expiration mais ce permis de conduire me parait vraiment insurmontable. Et j’ai la sensation que personne ne comprend à quel point je le vis mal.

Alors oui si j’habitais dans une grande ville style Lyon ou Paris, avec les transports en commun c’est pas forcément vital, mais ça reste quand même important et dans ma région pour se déplacer c’est quand même bien nécessaire ; et je pourrais aider ma mère s’il faut faire des courses ou aller chercher mes frères quelque part ou si je veux aller voir des potes sans qu’ils aient à faire le taxi ou aller dans un magasin genre cultura (à 30min de chez moi)… etc. et surtout m’échapper de cette baraque dès que je veux même si c’est juste pour se balader sans but. Mais je sais aussi que même en l’obtenant, je ne pourrai pas me payer de voiture (alors l’assurance, les réparations et l’essence n’en parlons même pas). Si seulement c’était possible de s’en passer mais aujourd’hui on en est trop dépendants et j’admire ceux qui luttent contre cette imposition de la société actuelle mais ça crée de sacrés inconvénients malgré tout (par contre l’argument du « et quand t’auras des enfants ? » a tendance à m’énerver). Et maintenant que je veux absolument réussir à partir faire jeune fille au pair, j’en aurais vraiment besoin. Même si ça ne sert à rien, je ne peux m’empêcher de me dire que j’aurais vraiment du persister après mon bac (puisque pendant, mon stress de l’examen me tuait déjà, ça aurait été encore pire) ; je m’en veux déjà beaucoup et ma famille accentue la culpabilisation. En plus c’était une petite auto école de village donc probablement quelque chose qui me correspond davantage que ce gros réseau de plusieurs écoles (CER) qui privilégie peut-être le côté financier… D’ailleurs je n’ai jamais eu un seul coup de téléphone depuis que j’ai stoppé, contrairement à l’autre. Alors il faudrait que je puisse conduire avec quelqu’un avec qui je me sens bien sur un parking ou des petits chemins avant de recommencer avec des professionnels, histoire de ne pas repartir de totalement zéro, et avec probablement l’obligation de râler un coup pour qu’ils arrêtent de me faire traîner, ce qui n’est ni dans mon caractère ni dans celui de ma mère.

Bref, c’est la panique totale, rien que de m’imaginer en leçon de conduite et sachant que ça presse, j’angoisse. 😦 Et quand je vois tous les gens qui l’ont dont des plus jeunes que moi, j’avoue que je me sens nulle et triste… mon absence de vie professionnelle depuis l’obtention de mon diplôme accentue bien sûr ce sentiment d’être une déception sur deux pattes…

Publicités

5 réflexions au sujet de « Permis de conduire, mon enfer »

  1. Je suis pas une grande angoissée et je suis d’un tempérament plutôt calme en surface Mais Le permis à été l’examen Le plus dur que j’ai jamais connu …
    et certains de mes moniteurs je Les redoutaient aussi, car comme toi ils disaient que je n’écoutais pas Les conseils …
    Je me suis inscrite j’avais 17 ans, j’ai eu mon permis à 22. Le code avait été facile Mais l’examen en lui même était horrible, Les examinateurs sont affreux dans ma région (ils viennent de Lyon) et Le faite est qu’il ne faut pas passer son permis avant Les vacances d’été car ils Le donnent moins bref j’ai accumulé les merdes !
    Donc je compatis totalement, Mais je pense que le permis une fois que tu l’auras ça te libérera, je ne m’imagine pas sans permis aujourd’hui ne serait-ce que pour aller au Resto Le soir ou à Ikea 😍
    Bref courage, courage, et courage !!!

    Aimé par 2 people

  2. Tout comme toi, je suis une grande angoissée de nature. De plus, j’ai très peur de la route. Le combo parfait pour passer le permis, on peut le dire ! Je trouve que certains moniteurs sont beaucoup trop « gueulards » et n’expliquent pas assez. Personnellement, on m’a souvent reproché des choses vis-à-vis de ma conduite mais on ne m’a jamais dit comme m’améliorer. Paradoxal non ?
    J’ai déjà passé 1 fois mon permis…. et je l’ai raté. C’est assez frustrant car je sais que je peux conduire mais le jour de l’examen j’ai fait du grand n’importe quoi, dû au stress mais également, inconsciemment, à l’inspectrice qui préférais envoyer des textos avec son téléphone plutôt que de prêter attention à ma conduite. Tout ça pour dire que je le repasse la semaine prochaine et j’espère, cette fois-ci, l’obtenir. Car si il y a bien quelque chose qui m’énerve de plus en plus c’est bien la somme astronomique d’argent que me prend mon permis et/ou mon auto-école.
    Ton article m’a fait du bien car je comprend que je ne suis pas seule dans ce cas là 🙂 En tout cas, je t’encourage fortement à continuer, tu n’es pas plus idiote qu’une autre et tu en es capable 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Comme je te comprends la conduite a été un enfer au départ pour moi aussi ! J’étais plutôt contente de le passer au départ mais quand je suis passé en conduite accompagnée je me suis rendue compte que je n’aimais pas ça du tout, ça me faisait peur alors je ne conduisais jamais (j’ai aussi beaucoup eu le problème des mains qui transpire), j’ai passé 3 ans en conduite accompagné au lieu d’une année ! Le seul moyen que j’ai trouvé c’est de conduire tous les jours pendant un mois avec ma mère, on en avait marre mais j’ai beaucoup progressé, j’ai pris confiance en moi et je n’ai plus peur ! Aujourd’hui j’ai eu mon permis, je l’ai passé deux fois mais ce n’est pas bien grave de se planter alors je sais que c’est possible ! Essaie de conduire « illégalement » sur des petites routes avec quelqu’un avec qui tu te sens à l’aise pendant quelque temps avant de reprendre avec un moniteur 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Je crois qu’effectivement le mieux c’est sue tu conduises avec ta maman sur les parkings et sur les petites routes de campagnes… même si c’est interdit. Au final c’est horrible parce que niveau financier tu es coincée mais il n’y a que en conduisant le plus possible que la conduite devient naturelle.. après garder un peu de stress n’est pas mauvais car ça rend plus prudent et ça s’est bien (j’ai même une copine qui a eu son permis même si ce n’était pas parfait parce que l’examinateur trouvait qu’elle était très prudente). J’avoue ne pas me servir énormément de ma voiture mais en entretien d’embauche on me demande à chaque fois si j’ai mon permis… même si il ne me sert pas! XD

    J'aime

  5. Je l’ai passe 4 fois à cause du stress que je n’arrivais plus à gérer dans la situation de stress si énorme… La 4eme fois j’étais prête et je pense que j’avais eu un déclic qui faisait que j’étais plus sereine. Il existe des spécialistes du stress que tu pourrais peut être consulter pour ça ? On me l’avait proposer !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s