Désobéir pour les animaux

Couv_desobeir_pour_les_animauxAujourd’hui je ne ferais pas de chronique livreque comme d’habitude. Tout d’abord parce qu’il ne s’agit ici pas du tout d’une histoire. Ce sont des énonciations de faits, de beaucoup de vérités qu’on nous cache volontairement ou bien qu’on refuse de voir et entendre, par crainte, honte, égoïsme. C’est la réalité de tous ces milliards d’animaux qui vivent un enfer par notre faute. On s’en doute tous un peu au fond de nous j’imagine, on en a encore plus conscience quand on s’intéresse aux animaux comme moi, mais je dois vous avouer que ça a quand même réussi à me faire tomber des nues par moments ; et ce même si j’avais déjà peu de foi en l’humanité en ce qui concerne le respect d’autres êtres vivants avant de le lire ! Il y a beaucoup de références que vous pouvez aller vérifier ou approfondir vous même sur internet (ce que je compte faire).

Attention cependant, je ne conseille ce petit livre d’une soixantaine de pages qu’aux personnes s’interrogeant déjà sur le sujet car je trouve qu’il est destiné aux personnes qui sont soit déjà activistes soit en devenir ; sur ce terme d’ailleurs, j’estime que partager les infos sans forcément participer à des manifestations c’est déjà être un(e) combattant(e). Non pas qu’il blâme de manière violente (comme certains le font parfois et c’est malheureusement pour ça que les défenseurs sont très mal vus par l’opinion publique) mais c’est assez direct, voire un petit peu moralisateur ; en même temps, c’est le but, pour faire réagir. Si vous souhaitez donc ouvrir les yeux d’une personne très sceptique de votre entourage, je ne vous recommande pas de choisir celui-là, ça risquerait de la braquer encore plus. Mais si comme moi vous faites preuve d’empathie envers nos amis à poils, plumes ou écailles mais n’avez pas suffisamment de connaissances à votre goût et souhaitez vous informer, alors foncez car il est très clair, regorge de beaucoup de choses et tout cela en très peu de pages. Vous pourrez le lire très vite, ou pas, si comme moi vous avez envie d’être vraiment concentrés et prendre des notes pour tout enregistrer. Et en ce qui concerne les gens qui connaissent déjà vraiment bien le sujet, je ne pense pas qu’il vous apporte davantage ; c’est un peu une base qui incite à approfondir ailleurs.

Je souhaite moi-même devenir végétarienne depuis l’an dernier (c’est un peu difficile quand on ne s’y connait pas en alimentation et quand on vit encore avec ses parents et frères, j’y travaille) et désobéir pour les animaux m’a confirmé ce choix. Je crois que j’ai déjà des tendances un peu vegan mais pas encore tout à fait (je ne bois plus de lait animal mais j’utilise toujours des oeufs pour des recettes) et là encore il me fait prendre davantage conscience que l’horreur ne se limite pas qu’aux abattoirs (même si c’est ici le thème le plus abordé et le plus choquant). C’est un long chemin à faire, par étapes (je ne crois pas que changer du tout au tout d’un jour à l’autre soit possible ni sain) et le jugement est forcément là d’un « camps » comme de l’autre, alors quand on est en transition et qu’on oscille donc entre les deux il est à mon avis inévitable de ressentir de la culpabilité ; mais si ça me permet d’être plus en phase avec moi-même c’est un mal pour un bien. Le thème de la chasse, que je ne connaissais pas du tout, est également abordé. Je suis par ailleurs très surprise (et pas dans le bon sens) de la violence de certaines personnes étant en opposition avec toutes ces associations, surtout de la part des policiers qui sont censés s’assurer de la sécurité de tout un chacun. Et enfin, je suis très déçue de constater que la France est vraiment parmi les pires pays d’Europe dans toutes ces souffrances ; nous ne voulons pas évoluer quand nos voisins l’ont fait depuis des années et j’ai franchement du mal à trouver ça acceptable.

Un seul regret pour ma part : le thème de la captivité, et plus précisément la captivité « spectacle » qui exploite l’animal pour amuser la galerie (cirques, parcs marins, corridas) n’est que trop survolé à mon sens. On le mentionne, mais c’est tout. Dommage, il y en a pourtant tant à dire.

Je développerai avec plus de précisions les choses que j’y ai apprises une autre fois, mais je pense plutôt dans une vidéo que j’aurai travaillée (chose que je ne fais jamais), pas exclusivement sur ce livre mais sur le thème de la maltraitance animale (et c’est tellement large qu’il vaut mieux découper par sous-thèmes je crois).

Publicités

Une réflexion au sujet de « Désobéir pour les animaux »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s