Un ange à la fenêtre – Darcie Chan

couv8409858.jpg

Résumé : Cela fait bientôt soixante ans que Mary McAllister vit seule, sans jamais sortir de sa luxueuse maison de marbre blanc, construite au sommet d’une colline surplombant la petite ville de Mill River. Ses liens avec le monde extérieur sont rares : quelques lettres, les visites d’un vieux prêtre et la fenêtre de sa chambre donnant sur la ville en contrebas. Pour la plupart des habitants de Mill River, la maison et son occupante restent un mystère. Trois nouveaux venus dans la petite ville – un policier, sa fille et son institutrice – vont s’intéresser à la vieille dame. Mais seul le père O’Brien connait l’histoire de Mary et le secret qui la maintient enfermée.

479 pages.

Mon avis : C’est le dernier livre que j’ai pioché pour le cold winter challenge. Même s’il s’est officiellement terminé en janvier, j’étais encore d’humeur à poursuivre les lectures hivernales et celui-ci me tentait beaucoup depuis l’an dernier tant par sa couverture que son résumé intriguant. Je l’ai d’ailleurs emmené avec moi à Lyon quand j’y ai passé quelques jours chez Anaïs début février. Je dois dire que c’était la lecture parfaitement adéquate à la période ! Les fêtes de Noël éloignées mais encore un peu loin du printemps, l’angoisse et la tristesse qui remontent… ce roman était à la fois apaisant et morose, ce qui correspond bien à l’image que je me fais du mois de février. J’avais peur de mettre « trop » longtemps à le lire (car ce n’est d’ordinaire pas le genre de livres vers lequel je me tourne et que si on traîne on peut perdre le fil et se démotiver par le manque d’action) mais finalement non et j’ai bien avancé au calme sans pression extérieure quand j’étais à l’appartement pendant que ma copine était au boulot ! ça m’a même permis de poursuivre avec un meilleur rythme une fois de retour à la maison.

Je n’aurais cependant pas beaucoup de chose à dire dessus car c’est tout l’intérêt de cette histoire : se plonger dedans en en sachant le moins possible. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre ni en l’achetant, ni en me lançant ; c’est juste qu’il m’intriguait. Je pense que j’accroche plutôt bien avec tout ce qui est secret, passé sombre caché aux yeux du monde etc. Peut-être qu’on pourrait considérer que c’est un côté un peu voyeur, de savoir absolument quel malheur a frappé des personnages qui fuient. Mais je crois que c’est aussi parce que j’ai toujours eu la sensation que personne ne me connaît réellement, sans jamais avoir réussi à bien déterminer si ça me plaisait ou bien si ça me peinait. J’ai toujours aimé les personnages fictifs qui sont en vérité bien plus profonds que l’image qu’ils renvoient. Ici ça remonte à très loin puisqu’il s’agit d’une veille dame qui vit seule depuis presque toujours dans une maison de laquelle elle ne sort jamais ; personne dans le village ne la connaît ou presque. On ne peut que se demander pourquoi.

J’ai bien aimé le fait qu’on suive l’histoire de plusieurs personnages au fur et à mesure des chapitres ; au départ je craignais de m’y perdre mais en fin de compte pas du tout. On connait ainsi un peu mieux le vécu et le caractère de chacun, et ces différents points de vue ont une certaine importance dans l’élément central de ce roman, ce qu’on ne comprendra vraiment qu’à la fin. L’histoire de Mary m’a bouleversée. Elle est à mon sens très réaliste qui plus est, et c’est peut-être bien ça le plus affligeant. De son vécu découlent autant de fragilité que de force, et sa bonté n’en est pour autant jamais éteinte, au contraire même elle se renforce, ce que je trouve aussi triste que beau mais surtout admirable. Sans préciser quoi, je pense que certains pourraient trouver la fin très bisounours mais pour ma part je suis persuadée que les personnes comme ça existent, seulement elle sont tellement dans l’ombre qu’on n’y croit pas, voire même qu’on juge. C’est dommage. J’ai par ailleurs été très attachée au personnage du Père O’Brien et l’amitié qui lie ces deux personnages. Pour ceux qui ne se sentent pas très concernés par la religion, sachez que le thème est assez bref donc j’insiste ne vous laissez pas freiner à cause de ça. Il y a un thème difficile qui est abordé et j’avais peur que ça me bloque pour tout le reste mais j’ai réussi à tenir et puis ce n’est pas le principal aspect du livre, ni trop détaillé. Mais je préviens quand même pour les âmes sensibles que ça ne laissera certainement pas tout à fait indifférent. Pour ce qui est de l’écriture, rien à redire j’ai bien aimé. 🙂

Je pense qu’il se lit vraiment bien en hiver car c’est une lecture froide par les secrets qu’elle renferme, intrigante car le lecteur est curieux et calme parce qu’on est au présent avec des sauts dans le passé comme lorsqu’on se pause pour réfléchir sur sa vie loin des regards ; tout comme les flocons de neige qui tombent lentement du ciel pour se poser sur le sol, soit pour y fondre soit pour y rester. Je n’en dirai donc pas plus même si j’ai été assez vague car encore une fois si vous vous décidez à lire ce bouquin (grâce à moi ou pas haha d’ailleurs Elodie de Eliot et des livres l’a adoré également), vous avez tout intérêt à rester le plus possible dans le flou avant de vous plonger dedans pour mieux savourer !

Ma note : un ange a la fenetre.png

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s