Adieu Tilikum…

tilikum-030816.jpgVous n’êtes pas sans savoir (ou alors vous venez juste de débarquer et ne me connaissez donc pas assez) que je suis très virulente quand il s’agit du combat contre la captivité et l’esclavage des cétacés dans les parcs marins (Marineland, Sea World, Loro Parque…) Si vous n’avez à ce jour encore jamais regardé le documentaire Blackfish qui a fait beaucoup de bruit et permis de plonger pas mal cette industrie (bien que malheureusement pas encore assez pour qu’elle ferme ses portes), je ne sais pas ce que vous attendez ! J’en parlerai plus amplement soit dans d’autres articles ici-même soit en vidéo, parce qu’ici je n’ai pas envie de partir dans trop de détails, mais sachez que le pauvre et magnifique Tilikum nous a quitté il y a quelques jours… Blackfish se concentrait beaucoup sur cette orque mâle qui a tué trois personnes (deux dresseurs et un visiteur inconscient) au cours de sa vie misérable après avoir été arraché à sa mère et à la vie sauvage alors qu’il n’était qu’un bébé. Un « accident » qui a particulièrement marqué c’est lorsqu’il s’est acharné en plein spectacle sur Dawn Brancheau (très expérimentée) au Sea World de Floride, à Orlando. Depuis lors, les dresseurs n’ont plus le droit d’être dans l’eau avec ces animaux (qui sont des prédateurs nés et non pas des marionnettes) comme on pouvait le voir avant dans ces shows (plonger avec l’orque, debout sur son rostre, etc.) afin d’éviter que ça ne recommence. Le truc voyez-vous, c’est que l’orque n’attaque JAMAIS l’être humain dans la vie sauvage. Les problèmes sont au contraire très fréquents dans ce cadre de la captivité et du dressage pour en faire des clowns afin d’amuser le public et ramasser des sous sur leur dos.

Par la suite, Tilikum a été délaissé, seul dans son bassin sans congénères (alors que l’orque est un animal extrêmement social qui a besoin d’interagir avec les siens, je dirais même que c’est la partie la plus importante de leurs vies), avec parfois une brève entrée fracassante pour faire une pirouette et éclabousser le public (il était absolument énorme, parmi les orques les plus imposants du monde qui existent en captivité). Il me semble avoir déjà lu que les soigneurs n’interagissaient plus beaucoup avec lui même en dehors des spectacles. Donc en gros, on l’a traité en meurtrier et on lui a fait payer sa souffrance en le laissant croupir dans sa cellule dans laquelle il se laissait flotter sans bouger (comportement complètement contre nature)…

tilikum-isolement.jpg
Tilikum à l’isolement…

Cette vie là n’en est justement pas une pour ces pauvres bêtes qui sont extrêmement intelligentes, et s’ils deviennent violents ce n’est jamais dans l’intention d’assassiner mais pour exprimer leur colère et leur douleur insoutenable. Imaginez donc qu’on vous arrache à votre famille pour vous mettre dans une petite pièce (car un bassin est l’équivalent d’une baignoire pour une orque qui normalement parcourt 200km par jour) avec d’autre gens que vous ne connaissez pas et qui ne parlent pas la même langue et avec qui vous serez forcé de cohabiter pour le restant de vos jours sans plus jamais prendre l’air autrement qu’à travers la fenêtre et forcés à accomplir les tâches qu’on vous impose sans quoi vous aurez faim… et qu’on vous insémine de force, parfois avec votre propre frère ou fils (sachant que la consanguinité est très tabou chez les cétacés)… ne deviendriez-vous pas complètement dingues ? Alors vous comprenez. Et, comme tous les cétacés captifs, Tilikum est tombé gravement malade, a souffert, et est parti. Tant mieux pour lui. Mais quelle vie atroce… Il avait, si je ne me trompe pas, 35 ans. Une orque sauvage en vit plus de 60… Tili a laissé derrière lui des tas de descendants, car on ne l’utilisait plus que comme banque de sperme car très beau spécimen alors précieux pour les parcs du monde entier…

A savoir également qu’il a été proposé plusieurs fois à SeaWorld de déplacer cette orque dans un sanctuaire marin (« sea pen »), que le parc avait tout à fait les moyens de financer, que le PDG de l’entreprise Munchkin leur a même proposé 1 million de dollars pour ce faire, afin que Tilikum puisse goûter ne serait-ce qu’un peu à la liberté qui aurait aidé à ce que son état de santé ne se dégrade pas trop (pas dans des bassins de béton chlorés quoi) et qu’il puisse partir en paix… mais SeaWorld a toujours refusé, préférant rester campé sur ses idées, ne pensant qu’au fric autant qu’à sa réputation, et ne se souciant absolument pas de ses animaux comme il le laisse entendre puisqu’ils ne sont réduits qu’à des marchandises, des objets, des billets à plusieurs zéros d’affilée (même quitte à contribuer au massacre sans nom des dauphins de Taiji au Japon, mais c’est une autre histoire (bien que très liée à ce monde là) dont je parlerai une autre fois).

Voilà. parfois, tant je ressens de dégoût, je ne peux me pencher de penser, à forte dose d’ironie : vive l’humanité… Et puisses-tu enfin nager libre dans des océans grandioses avec les tiens, mon cher Tilikum. Dire que j’avais donné ton nom à ma peluche d’orque que je me suis achetée en juin dernier… ça me brise le coeur. Si vous souhaitez en savoir davantage, allez lire cet article : ici et n’hésitez pas à parcourir plus largement le blog de cette association que je soutiens beaucoup : c’est assez, jeu de mot avec cétacé.

large-Orca-Whale-photo.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s