IRL, Agnès Marot

61hjmxaomvl

Résumé : Chloé Blanche a grandi à Life City. Comme tous ses habitants, elle ignore qu’ils sont filmés en permanence. Elle ignore qu’ils sont un divertissement pour des milliers et des milliers de foyers. Elle ignore qu’ils sont les personnages de Play Your Life, l’émission qui fait fureur hors de Life City, IRL. Elle ignore surtout à quel point ils sont manipulés. Lorsqu’elle rencontre Hilmi, le nouveau à la peau caramel, elle tombe immédiatement amoureuse. Mais ceux qui tirent les ficelles ne le lui destinent pas. C’est ainsi qu’elle découvre la nature de tous ceux qui vivent à Life City : les personnages d’un immense jeu vidéo.

432 pages.

 

Mon avis : Ce bouquin me donnait très envie peu de temps après sa sortie vu tout ce que j’en avais entendu dire. Surtout quand en mai j’ai passé un week end à Lyon chez ma copine Anaïs et que nous avons vu quelques gens de Booktube aux intergalactiques et avec qui nous sommes restées toute l’après-midi car certains d’entre eux en ont parlé et je dois dire que ça m’avait plutôt convaincue ! Je savais donc que je le lirais un jour, je ne savais juste pas quand exactement car ma PAL s’élevait déjà à une bonne quarantaine de livres et j’ai un rythme de lecture beaucoup plus lent qu’en 2014.

Le sujet m’intriguait beaucoup parce que j’adorais jouer aux sims plus jeune (même que j’ai bien envie de m’y remettre mais je sais que si je le fais je ne ferai plus rien d’autre de mes journées tant on n’y voit pas le temps passer), et j’ai toujours trouvé qu’aujourd’hui la télé réalité pouvait être hyper nocive et surtout très manipulatrice tant pour les acteurs que les spectateurs ; de même que nous ne sommes pas sans savoir que des tas de caméras sont dans les villes et nous filment sans qu’on s’en doute vraiment (il parait que Londres est la championne à ce niveau), ou que nos portables sont traçables (et plus encore depuis que ces chers réseaux sociaux nous demandent sans cesse d’indiquer le lieu où nous sommes lorsque nous publions une photo ou même juste un pseudo). Je me suis toujours amusée à me dire (et en même temps c’est assez effrayant quand on y pense) que nous sommes peut-être nous aussi des sims sans en être conscients que quelqu’un là haut contrôle et joue comme il l’entend quand il s’ennuie.

Quand j’ai donc vu qu’Agnès serait à Montreuil comme Cindy (ces deux là sont amies et me font rire dans leurs échanges sur Twitter !) et que j’avais bien l’intention d’y aller, je me suis donc décidée à enfin l’acheter et me suis promis de le lire avant le salon pour pouvoir en discuter en plus de le faire dédicacer ! Aussitôt le premier tome des Outrepasseurs terminé je me suis donc plongée dedans après l’avoir acheté dans la librairie où j’allais faire mon stage mi-décembre. Je l’ai même emmené avec moi quand j’ai passé un dimanche à Lyon pour voir Ninon (Opalyne) afin de m’occuper dans le train (mais au final je n’ai que très peu lu dedans).

Ici nous suivons donc Chloé, sa maman, sa meilleure amie et le nouveau garçon dont elle s’entiche et leur vie à Life City. Mais la jeune fille se rend compte de certaines choses qu’elle n’avait jusque là (je crois qu’elle a 17 ans) jamais remarquées et les ennuis commencent. Le truc c’est que je ne veux pas trop en dire sur l’histoire qui se déroule dans ce roman car ce serait dommage de vous gâcher la surprise. C’est l’évolution (tant de ce qui se passe que celle des personnages) qui fait le tout. Avant de commencer l’histoire, j’avais dans l’idée qu’une fois que tout le monde aurait compris n’être que des personnages de télé réalité / jeu vidéo à leur insu, ils se rebelleraient et tenteraient de s’échapper et c’est là dessus que se terminerait le roman, victoire ou défaite. Mais en fait, une fois que Chloé parvient à faire face au monde réel, c’est loin d’être terminé, et encore plus d’être gagné ; à vrai dire le danger est même encore plus grand que lorsqu’elle essaie de faire éclater la vérité au sein même du jeu. J’ai adoré les retournements de situations qui nous tiennent en haleine. J’ai beaucoup aimé aussi la dénonciation de l’influence des parents sur leurs enfants, quitte à aller contre sa nature ; je n’en dirai cependant pas plus à ce sujet ici car il s’agit d’un personnage en particulier et son caractère est suffisamment ambigüe pour à la fois le détester et avoir de la compassion c’est donc intéressant à constater par soi-même au fur et à mesure de la lecture. Sont traité évidemment des sujets très propres à la jeunesse mais par lesquels tout le monde passe en grandissant surtout à cette période difficile qu’est l’adolescence : l’amour et le conflit intérieur qu’il engendre car il est incontrôlable et n’existe pas sans un peu de souffrance et nécessite beaucoup d’écoute ; la découverte du sexe qui en découle qui est aussi grisante que terrifiante ; l’amitié qui connait les épreuves du temps et obstacles nous démontrant que rien n’est indestructible mais que ce n’est pas grave pour autant ni qu’il y a vraiment un(e) coupable, même si c’est triste ; chacun change à sa manière et il faut suivre sa voie et s’écouter avant de chercher à faire plaisir aux autres. Leçon que j’ai moi-même encore du mal à comprendre.

Je ne me suis pas spécialement attachée à Chloé, un peu plus à Hilmi, j’ai eu de la peine pour la maman de l’héroïne, et sa meilleure amie ne m’a fait ni chaud ni froid. En bref aucun coup de coeur ni aucun dans lequel je me reconnaisse vraiment mais je ne peux pas dire pour autant que je me fichais de leur sort, au contraire. J’ai trouvé intéressant d’ailleurs que des personnages extérieurs au jeu aient tout autant d’importance que ceux que nous suivons depuis Life City, ce n’est pas quelque chose à quoi je m’attendais. Il se passe également pas mal de temps au fur et à mesure du livre et c’est ce qui selon moi rend la chose plus crédible et réaliste que les dystopies qui nous entourent en ce moment où beaucoup de choses se passent en quelques mois à peine. Si je dois qualifier la fin sans vous spoiler ce serait juste : wow ! Impossible de décrocher tant on tremble, et je dois vous avouer avoir eu très peur que ce roman jeunesse se termine en catastrophe me plongeant dans la détresse la plus totale. Merci Agnès de contribuer à nous rassurer quant au fait qu’il y a toujours de l’espoir 🙂 Comme Dumbledore ! haha

En bref, je dirais que c’est une lecture avec un fond certes futuriste mais aussi très actuel quand on y songe (il n’y a qu’à allumer sa TV et voir les technologies évoluer autour de soi dans des mains de plus en plus jeunes pour s’en rendre compte), qui nous fait retenir notre respiration à de nombreuses reprises, un complot énorme mais si bien magné qu’on pourrait très bien y croire dans la vraie vie à mon sens (rien à voir avec le Père Noël quoi !) ; mais pas que, car on y retrouve les thèmes indispensables lorsque la jeunesse est en pleine phase de transition entre enfant et adulte, ce qui rend le tout plus crédible sans que l’histoire ne se focalise trop dessus puisqu’on reste quand même bien concentré sur la trame principale et je ne pense pas que cet équilibre parfait soit facile à atteindre. LA grosse leçon d’IRL, je dirais que c’est qu’il faut toujours défendre ses valeurs, rester en accord avec soi-même quitte à ce qu’il en découle des conséquences indésirables, et quelque chose qui nous parle normalement beaucoup actuellement (surtout en France, et plus encore depuis l’an dernier) : se battre pour la liberté, toujours. Car à partir du moment où nous ne l’avons plus, tout est fini… et là vient le grand débat avec la sécurité auquel il est assez difficile de répondre selon moi, mais c’est autre chose et qui n’est pas le sujet de ce bouquin (ou alors j’ai loupé un truc).

Ma note : notation-outrepasseurs

J’ai depuis ma lecture pu discuter avec Agnès sur Twitter et plusieurs fois lors du salon de Montreuil et je peux vous dire qu’elle est adorable ❤ alors je me dois de vous convaincre de vous plonger dans cette lecture ! 🙂 Elle et Cindy forment un super duo de parfait équilibre de gentillesse incarnée, l’une plus déjantée et l’autre plus calme ! haha D’ailleurs sachez qu’elles sont en train d’écrire un roman à quatre mains (oui je sais on ne parle pas de piano mais je trouve ça classe comme formulation !) et je suis bien curieuse de découvrir ça ! Je ne suis d’ailleurs pas la seule, et c’est qu’elles aiment beaucoup nous teaser ! haha

Publicités

2 réflexions au sujet de « IRL, Agnès Marot »

  1. Je suis tellement triste de ne pas avoir vraiment apprécié ma lecture. Le pire c’est que j’ai adoré la première moitié du coup j’ai un peu pris une douche froide sur la seconde moitié. Mais j’ai bien l’impression que tous les avis sont hypers positifs donc je suis presque sûre que mon avis vient des attentes beaucoup trop élevées que j’avais envers ce roman.
    Bonne semaine Clémence!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s