Let it snow / Flocons d’amour

3Résumé : (VF : Flocons d’amour) 24 décembre. Nuit des miracles ? Ou des catastrophes ? Une terrible tempête, un train bloqué dans la neige. Gracetown : tous les voyageurs descendent ! Gracetown… Bourgade perdue au milieu de nulle part qui vous ferait presque regretter le traditionnel et soporifique repas de Noël. Pourtant Jed, Jubilé, et les autres vont partager le réveillon le plus insolite de leur vie. Dans un café bondé de pom-pom girls ou au détour d’une route enneigée, les rencontres inattendues se multiplient. Les couples se font, se défont et se refondent. Louvoyant entre les flocons, les flèches de Cupidon qui pleuvent sur la ville ne laisseront personne de glace ! John Green, Maureen Johnson, Lauren Myracle : les plumes de trois grands auteurs s’allient pour vous faire rire et rêver d’amour, créant un univers où les anges de Noël ne chôment pas ! – 354 pages.

Mon avis : Ayant acheté ce petit bouquin sur Bookdepository l’hiver dernier, je ne l’avais toujours pas lu car plus d’humeur Noël et c’est bien le genre de lecture qu’on a envie de ne lire qu’à ce moment là, hors contexte ça ne colle pas du tout je trouve. Il est sorti en français par la suite mais tant pis je l’avais déjà et puis je voulais le lire en anglais. Alors cette année est réapparu le cold winter challenge de Margaud et Antonine et je me suis dit que c’était l’occasion parfaite pour enfin le sortir de la PAL car c’était maintenant ou encore repoussé à un an plus tard !

Je l’ai trouvé assez facile à lire en VO ; pour ceux qui voudraient commencer à lire en anglais je le trouve accessible. C’est une lecture agréable et tout à fait hivernale. Vraiment parfait pour Noël : ambiance des fêtes de fin d’année, tempête de neige et gnan-gnan à souhait ! Alors si vous cherchez un livre sans prise de tête et apte à s’accorder avec un bon thé ou chocolat chaud, un plaid, un feu de cheminée, un sapin et un chat, vous l’avez ! Comme vous l’avez deviné, il regroupe trois histoires de trois plumes différentes mais qui ont un petit lien entre elles qui fait qu’elles se rejoignent quelque part.

Mes notes par histoire : notation let it snow par story.jpg

 

La première, The jubilee express, reste ma préférée car j’ai plus accroché aux deux personnages que l’on suit qui ne m’ont pas trop fait criser : ni trop sûrs d’eux, ni trop en position de victimes non plus malgré leurs blessures affectives qui les rend plus attachants, et avec un certain caractère quand même chacun de leur côté. Leur rencontre est assez incongrue, j’ai trouvé ça amusant bien qu’il n’y ait aucune surprise. Ce que j’ai apprécié dans cette histoire, c’est la prise de conscience : dans la difficulté, les personnes sur lesquelles on croit pouvoir compter révèlent leur vrai visage, ce qui détruit ce qu’on pensait avoir acquis comme étant une certitude. C’est donc déstabilisant et assez douloureux, et en même temps, on en tire une leçon : un mal pour un bien qui nous fait grandir et réaliser qu’on méritait mieux, que le bonheur auquel on aspirait n’était finalement pas celui qu’on croyait. La vie nous apporte parfois des surprises qu’on n’attend pas et qui justement peuvent être meilleures que celles qu’on espère. J’ai beaucoup aimé l’écriture de Maureen Johnson, ce qui me réconforte et fera plaisir à Kévin puisque je n’avais hélas pas apprécié Hantée qu’il m’avait fortement conseillé. Cela confirme mon idée qu’il m’est impossible d’avoir un(e) auteur(e) préféré(e) puisque même écrite par la même personne, chaque histoire est différente et on peut très bien en adorer une et détester une autre. Je ne me base d’ailleurs toujours que sur le résumé d’un roman et non pas le nom de l’auteur avant de prendre la décision d’acheter ou pas.

La deuxième, a cheertastic christmas miracle, je l’ai moyennement appréciée pour la raison principale suivante : je n’ai pas accroché avec les personnages. Aucun d’entre eux. L’un est trop hystérique, l’autre trop passif au contraire, et la dernière trop en mode « pote » pas féminine du tout. Je ne m’y suis tout simplement pas reconnue, aspect dont j’ai souvent besoin pour m’attacher. Il y a aussi le fameux cliché des pom pom girls cruches insupportables en puissance qui m’a quelque peu froissée, mais bon, c’est américain, et qui dit livre / série tv / film américain dit cliché, plus encore s’il s’agit de la période de Noël, pas vrai ? Qui n’a pas vu et revu Maman j’ai râté l’avion et Maman je m’occupe des méchants dans son enfance ? Pour en revenir à l’histoire de nos trois ados qui vont braver la tempête de neige pour une raison et dans des conditions que vous tairai, on sent l’histoire d’amour arriver gros comme une montagne ! Mais encore une fois, avec une romance de Noël, il ne peut qu’en être ainsi. On aime ou on n’aime pas. Personnellement, en général, je n’accroche pas trop mais ça dépend vraiment de pleins de choses différentes et de toute façon, ici, je ne m’attendais pas à un roman bourré de cliffhangers car comme dit plus haut, le but de cette lecture est de se sentir apaisé et imprégné de la magie de Noël. Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé cette histoire là ; moins que la précédente, mais la fin est attendrissante et malgré mon détachement des personnages, d’un point de vue extérieur, la naissance d’une romance d’abord refoulée est assez mignonne. Niveau écriture, je crois pouvoir affirmer que je n’accroche pas avec John Green sans pouvoir vous expliquer pourquoi.

Et la troisième et dernière, The patron saint of pigs, je dois dire que je ne l’ai presque pas appréciée du tout… Si dans la précédente je vous expliquais que je ne ressentais rien de spécial vis à vis des personnages, dans celle-ci je n’ai carrément pas aimé la jeune fille qui tient le rôle principal : beaucoup trop geignarde et pessimiste. Pourtant je la comprend, sa réaction est logique, et peut-être est-ce justement parce que je m’y suis reconnue un peu que j’avais besoin du contraire dans la fiction. Une de ses deux amies est par ailleurs beaucoup trop dure à mon sens ; même si quelque part c’est justifié, je trouve que les plus grands synonymes de l’amitié devraient être la compréhension ou du moins l’écoute, et le soutien dans quelques circonstances que ce soit. Rien à dire sur la plume de Lauren Myracle, qui est la seule auteure des trois que je ne connaissais pas déjà auparavant. Dans cette histoire, j’ai ressenti comme une ligue contre la personnage principale : tous insinuent qu’elle doit changer, ce qui provoque une remise en question autant qu’un malaise qui a fait que mon avis quant à sa situation est assez partagé : énervée à cause de son égoïsme qu’elle n’assume pas, mais un peu triste car ça la blesse, et comme dit plus haut, elle m’a un petit peu rappelé des éléments de ma vie personnelle et c’est justement la fuite de ces choses là que je recherche lorsque je mets le nez dans un bouquin. Bien entendu, le but de Let it snow étant la romance de vacances hivernales, on tourne autour d’une histoire d’amour mais qui cette fois n’en n’est pas la naissance mais un malentendu au sein d’un couple ayant été formé plus tôt que l’on va chercher à rectifier.

Je tairai cependant la toute fin puisque c’est à ce moment là qu’on assiste à la réunion des trois histoires (au passage, bravo aux trois auteurs pour cette collaboration, j’aime bien l’idée), ce que j’ai trouvé assez rigolo et original, mignon, mais « too much » à mon goût car ne le cachons pas, très gnan-gnan, très cliché, et comme je le disais plus tôt, très Noël à l’américaine. Moi ça me fait un peu lever les yeux au ciel, je ne suis absolument pas de ces fans des téléfilms de Noël américains qu’on nous passe le dimanche après-midi pendant le mois de décembre ; mais une fois de temps en temps ça peut toujours faire du bien quand même, juste histoire de se détendre et avoir un petit baume au coeur qui fait sourire malgré son irréalisme. Je tiens aussi à ajouter que les personnages secondaires, tous différents les uns des autres dont certains assez loufoques, ne sont pas à négliger car ils participent grandement à l’atmosphère singulière d’un village au beau milieu de nulle part perdu sous toute cette neige un soir de Noël, sans qui certaines rencontres ou réunions ne se seraient jamais faites dans d’autres circonstances. Le destin ? Question de croyance. Comme vous l’aurez remarqué par ma notation et mon appréciation de chacune des histoires, pour ma part, ce bouquin va en dégradation. Même pas fait exprès !

En bref ? Trois petites histoires d’amour mais aussi d’amitié en période de Noël au milieu d’une tempête de neige qui ne cassent pas trois pattes à un canard mais font du bien en cette période de stress qu’est celle des fêtes de fin d’année.

Ma note : note-cafe-givre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s